MDLXXXII -10

MDLXXII-10 - 120*70cm 2013 Série Renaissance

MDLXXII-10 – 120*70cm 2013 Série Renaissance

Un jour, dix jours ont disparu

1582, le calendrier officiel est changé. L’on passe, cette année-là du dimanche 9 au lundi 20 décembre.
Que sont devenus ces jours ?
Qu’aurait-il pu s’y passer ?
Qu’advient-il lorsque l’on touche si intimement au cours du temps ?
Qu’en est-il alors de l’homme, des hommes ?
Ces dix jours ont-ils disparu ou se sont-ils à jamais mués en notre imaginaire collectif en pièces invisibles d’un ensemble que l’homme croit, raisonnablement ou non, pouvoir construire, assembler, maîtriser.
Où sont les parts manquantes ?
1897, on retrouve à Coligny, dans le jura, un calendrier celte en bronze, presque parfaitement conservé.
Presque…. Des parts – des jours – ont disparu.
Voilà qui nous interroge sur notre capacité à retirer des parts au temps. A oublier, à aller vers d’autres histoires et d’autres lieux.

A trois siècles d’écart, les dix jours que le passage au calendrier grégorien a effacés se trouvent matérialisés par les parts manquantes du plus bel exemplaire de calendrier celte qui nous soit parvenu.
Matérialisation du vide par le manque.
Comme si le manque était éternel et se devait de se rappeler à nous.
Comme si le temps avait cherché à matérialiser les jours disparus.

 

émail sur cuivre – 120*70cm – 2013
Pièce unique réalisée entièrement à la main